Rheims, France Prunay Aerodrome

Location

Rheims, France

(Now the 'Aerodrome de Reims Champagne')

Reims – Prunay Aerodrome (French: Aérodrome de Reims - Prunay) is an airport serving the city of Reims. The airport is located 10 km east-southeast of Reims, near Prunay,

 

     La Seconde Guerre mondiale et ses suites (1939-1949)

     Pendant la Seconde Guerre mondiale, Français, Britanniques, Allemands et Américains se succèdent sur la base aérienne de Reims.

     Quittant la base aérienne dès la fin août 1939 pour se déployer sur plusieurs terrains de campagne, les appareils rémois cèdent la place à la Royal Air Force qui, dès septembre, y déploie des escadrons dotés de bombardiers Fairey Battle tandis que le corps expéditionnaire de la R.A.F. en France installe son quartier général à Reims, au château Pommery. C'est la « drôle de guerre », période mal nommée compte tenu des combats violents qui, dans les airs, opposent dès septembre avions alliés et allemands. Participent notamment à ces combats Edmond Marin la Meslée (seize victoires sûres et quatre probables), Jean Accart (as aux douze victoires sûres et futur commandant de la B.A. 112) et le Rémois François Warnier (huit victoires sûres).

     Maîtres de Reims à la mi-juin 1940, les Allemands s’emparent de la base aérienne, terrain qu’ils occuperont jusqu'en août 1944 et dont ils se serviront notamment une fois les Alliés débarqués en Normandie. A compter de 1941, la base aérienne, dénommée « Flugplatz A213/XI », devient un important site aéronautique avec l'installation sur l’aérodrome d’ateliers de la firme allemande Junker, constructeur d’avions qui, notamment, y monte et y répare ses bombardiers JU-88. Le terrain est fréquemment la cible des appareils alliés qui, à partir du second semestre de 1943, le bombardent, détruisant peu à peu son infrastructure.

     Figurant parmi les dernières bases aériennes évacuées par les Allemands en France, la B.A. 112 est utilisée à partir de septembre 1944 par l’U.S. Army Air Force. En février 1945, le général Dwight D. Eisenhower, commandant des forces alliées en Europe, installe à Reims dans les bâtiments du collège moderne et technique (actuel lycée Roosevelt) son grand quartier général ; le 7 mai, à 2 h 41, le général Alfred Jodl, après s’être posé la veille sur la B.A. 112, y signe la reddition sans condition du IIIeReich.

    La guerre finie, le terrain est utilisé comme tête de pont à un pont aérien permettant de rapatrier depuis l'Allemagne plusieurs milliers de déportés et de prisonniers de guerre.

( At the end of the war the airfield was used as a bridgehead to repatriate from Germany many thousands of deportees and prisners of war)

 

Dans les mois qui suivent, la base aérienne n’a d’autre utilité que de servir de lieu de stockage au surplus militaire américain, surplus qui, cédé à la France, est vendu par lots par la Société nationale de vente des surplus.

 

march_map: